Items : 0
Subtotal : 0,00
View Cart Check Out

21e journée – Groupe D

ETOILE FC FSR 5 - 2 Colomiers
04 Mar 2017 - 19:00Stade Louis-Hon

A Saint-Raphaël, Stade Louis-Hon, Etoile FC Fréjus/Saint-Raphaël et GS Marseille-Consolat 1-1 (0-0). Buts. Digbeu (60′) pour l’Etoile ; Wilwert (87′) pour Consolat. Avertissements à l’Etoile Paul (7′), Grain (47′), Digbeu (87′).

Etoile FC FSR : Deneuve – Digbeu, Benmelouka, Dumas, Marignale – Paul (Dao Castellana 54′), Hennion, Diri (Jaziri 64′), Orinel – Grain (Baldé 69′), Gendrey. Entraîneur : Charly Paquillé.

Six. Lors de ses cinq derniers matches, l’Etoile, tenez-vous bien, a mené six fois au score. Bilan : trois nuls et deux défaites. Et six points de perdus en championnat en quinze minutes chrono.

A Colmar, elle a mené 1-0 puis 2-1 avant de concéder le penalty de l’égalisation à la 90’+1.

Contre Chambly, elle a ouvert le score à la 80e avant que les Picards n’égalisent, sur coup de pied arrêté, dans la minute suivante.

Contre Bordeaux en Coupe, Greg Gendrey a permis à ses coéquipiers de mener 1-0 puis 2-1 mais ce sont les Girondins qui ont assuré la qualification à la 90e…

Et hier soir, face à Marseille-Consolat, dans ce match capital pour le maintien – capitaux, les prochains matches le seront tous ! – les joueurs de Charly Paquillé ont non seulement ouvert la marque, le plus logiquement du monde, à l’heure de jeu (superbe passe de Samir Diri et superbe contrôle et but de Ange Digbeu), mais ont aussi manqué plusieurs balles de break (Jérémy Grain, Akim Orinel, Cyril Hennion), qui auraient sans doute scellé le sort de cette rencontre. Qui auraient sans doute permis aux Varois de renouer avec ce succès qui les fuit depuis la venu de Luçon, le 21 août dernier…

Seulement, une fois encore, une fois de trop, une tête décroisée de Wilwert sur un coup de pied arrêté lointain a laissé Gaëtan Deneuve et tous ses coéquipiers sans voix : égalisation marseillaise, contre le cours du jeu, à la 87e. Dur, dur. Mais toujours la même rengaine. Toujours les mêmes maux. Bon, ce terrible coup du sort aurait pu être effacer si Akim Orinel, dans le temps additionnel, avait converti une énorme occasion mais sa frappe croisée du gauche passait à côté du montant. Quand rien ne va…

Cette incapacité à tenir le score n’est pas nouvelle : à Avranches en début de saison, à Strasbourg également, l’Etoile avait ouvert la marque mais concédé trop rapidement l’égalisation derrière. Manque de concentration, de rigueur ? Toujours est-il que, alors qu’elle entame tout juste sa deuxième partie de saison avec un tableau de marche à suivre et des objectifs de victoires, elle devra corriger cette carence et veiller à, enfin, tenir un résultat. Car pour le reste, franchement, il n’y a rien à dire. Cette Etoile « new look », version 2016, a fait ce qu’il fallait sur le terrain. A réalisé le match que l’on attendait d’elle. Voilà un bon moment qu’elle ne s’était plus créée autant d’occasions en championnat (elle s’en étaient créés beaucoup en coupe face à Bordeaux!), qu’elle n’avait pas joué avec cet grinta, qu’elle n’avait pas autant harcelé un adversaire, et ça, c’est une très bonne nouvelle. C’est même encourageant, puisqu’il faut bien positiver malgré la perte, une fois encore, de ces 2 points en fin de rencontre.

Sur la pelouse, le visage de l’équipe, avec Tarek Jaziri, Yasser Baldé, Fabien Dao Castellena (tous trois sont entrés en cours de jeu), Samir Diri, Jérémy Grain mais aussi Stéphane Marignale, a changé. Le coach, Charly Paquillé, fait ses choix, cherche les solutions, et l’on voit bien que la donne a changé, que les compteurs ont été remis à zéro depuis son intronisation à la tête de l’équipe, le 21 décembre dernier.

Reste que, quand elle se présentera sur la pelouse de Luçon, vendredi 29 janvier (pas de championnat le week-end prochain), elle aura passé une demi-saison complète sans victoire. Si elle avait la bonne idée de relancer la machine en Vendée… rien ne serait alors perdu. Rien n’est d’ailleurs perdu. Les joueurs l’ont démontré face à Consolat : ils sont toujours debout. Contre vents et marées.